Anne Gouerou, deuxième nom sur la liste des Verts
Ouest-France 10 janvier 2014

La liste Europe Écologie - Les Verts a désormais un binôme. Daniel Le Bigot et Anne Gouerou occupent respectivement la première et deuxième places. Ils présentent les grands axes de leur projet

« Je m’engage parce qu’un certain nombre de sujets ont besoin d’être portés par des hommes et des femmes qui ont des convictions écologiques et régionalistes. » Anne Gouerou, 50 ans, journaliste et chargée de production audiovisuelle, est en deuxième position sur la liste Europe Écologie - Les Verts menée par Daniel Le Bigot (1), adjoint à l’urbanisme.
Cette bretonnante, non encartée, s’engage pour la première fois en politique. « Je suis une militante associative de longue date. J’ai été la première directrice de Ti ar Vro, pendant sept ans, et j’ai toujours été très sensible aux sujets qui concernent le climat. Il faut donner aux gens l’envie de changer et je crois à la politique des petits pas. Les collectivités locales, comme le pays de Cornouaille, ont un grand rôle à jouer. Je connais bien cette dimension intercommunale, là où se dessinent les projets d’un terri- toire.


Anne Gouerou en n° 2 sur la liste écologiste
Le Télégramme de 10 janvier 2014

La journaliste bretonnante Anne Gouerou (50 ans) figurera en deuxième position sur la liste que Kemper l’Écologie à Gauche présentera au premier tour des élections municipales 2014.

« Je suis plutôt une militante associative, non encartée dans un parti, qui vit son premier engagement politique », résume Anne Gouerou, qui forme, avec Daniel Le Bigot, le binôme de tête de la future liste Kemper l’Écologie à Gauche, en vue des élections municipales de mars.La journaliste de métier, actuelle chargée de production audiovisuelle, n’est pas une inconnue en Cornouaille. Elle dit avoir appris « le breton à Ti Ar Vro », dont elle fut la première directrice (1996-2003) et « la mer au Port-Musée ». Elle s’est, par ailleurs, impliquée dans le projet Cornouaille 2030 du Pays de Cornouaille et a agi au sein du Riac 29 et Breizh (réseau d’initiatives et d’actions climat) sur la question du changement climatique.Si elle s’engage auprès de KEG aujourd’hui, c’est parce qu’elle « pense qu’un certain nombre de sujets ont besoin d’être portés par des femmes et hommes qui ont des convictions écologistes et régionalistes ».


Quand la mer monte...
par Daniel Le Bigot

Bien sûr que le vent a soufflé fort sur notre région depuis une semaine, que la marée étalait ses gros coefficients et qu’il a beaucoup plu mais objectivement, rien de très extraordinaire. Des vents de 110km/h on en déjà vu, les marées de 108 sont courantes en cette saison. De gros dégâts ont pourtant été constatés sur notre littoral ces derniers jours. Les dunes de Mousterlin ont été débordées, celle de Léchiagat en partie submergées. Nombre de routes et d’ouvrages côtiers ont été emportés ou en partie détruits. C’est le cas encore à Mousterlin mais aussi à Concarneau et un peu partout en pays Bigouden. Paradoxalement il y aurait eu moins de casse en mer et sur les bateaux.

Alors comment expliquer l’importance de ces dégâts à terre ?


Crue à Quimper : le batardeau a sauvé l’Hippodrome
Le Télégramme 27 décembre 2013

Le batardeau de la rue de l’Hippodrome en place depuis mardi matin, devrait être enlevé aujourd’hui dans la matinée. Ce petit barrage a eu un rôle essentiel pour protéger le quartier.


La jungle des panneaux publicitaires
par Daniel Le Bigot, adjoint au maire de Quimper

L’affichage publicitaire, outre le fait qu’il a pour objet de pousser à la consommation, constitue une véritable agression visuelle. Les collectivités possèdent un certain nombre de moyens pour en réduire l’impact sans toute fois pouvoir le supprimer totalement.


Le journal des municipales : Daniel Le Bigot inaugure sa permanence
Ouest-France 23/12/2013

« Notre but, c’est de continuer à faire bouger la ville. Nous souhaitons la rendre encore plus solidaire et plus accessible, dans la continuité du projet de 2007 », explique Daniel Le Bigot.
Samedi matin, Kemper L’écologie à gauche a inauguré son quartier général pour la campagne des municipales, au numéro 12 de la rue Toul al Laër.
Une quarantaine de sympathisants s’y sont retrouvés pour fêter l’événement.


Écologistes (KEG). Permanence rue Toul al Laër
Le Télégramme 22 décembre 2013

La liste Kemper l’Écologie à gauche a ouvert sa permanence de campagne, hier matin, au nº 12 rue Toul al Laër.
« Ce sera un lieu d’échanges et de partage autour de notre projet, que nous présenterons à peu près en même temps que la liste, vers la fin du mois du janvier », a indiqué hier Daniel Le Bigot, entouré d’une quarantaine d’élus sortants, de futurs colistiers et sympathisants.
« Le projet s’inscrira dans la continuité de celui de 2008 avec l’idée de rendre cette ville encore plus solidaire et accessible. Nous y mettrons aussi un peu plus l’accent sur des sujets comme l’énergie et les déchets, sur lesquels nous n’avons pas été assez loin lors de ce mandat », a redit la tête de liste.


Utiles les bonnets rouges ???
par Daniel Le Bigot, adjoint au maire de Quimper

Alors les bonnets rouges sont ils d’affreux chouans nationalistes, les poujadistes des temps modernes, ou l’avant-garde éclairée de la révolution à venir…. En fait c’est la composition même de ce mouvement aux formes mal définies qui autorise chacun à porter son jugement péremptoire. La presse nationale, bien pensante diront certains, tire à boulets …rouges, sur ce phénomène qu’elle ne comprend pas et qu’elle regarde de haut (voir le Charly hebdo de la semaine). La presse locale porte, elle, haut et fort le mouvement. Sans doute y voit-elle un peu son reflet. On y trouve de tout, du bon et du moins bon. Ce qui est certain c’est que ces bonnets rouges interrogent la France entière. Pas une réunion, à la capitale ou ailleurs, ou dès que vous annoncez que vous êtes Bretons, on vous demande, le sourire aux lèvres « alors et le bonnet ? ». Je plains le père Noël qui cette année va devoir expliquer que le sien (de bonnet) date de bien avant 2013.


Le dimanche, on ne travaille pas...
par Daniel Le Bigot

Il paraîtrait, aux dires de la droite quimpéroise, qu’en dehors d’une ouverture le dimanche, il n’y aurait point de salut pour le commerce du centre ville. Comme si l’acte d’achat correspondait uniquement à l’offre qui nous est proposée et non plus à la satisfaction de nos besoins ou de nos désirs. Voilà une manière bien cavalière de nous prendre pour des moutons. Notre statut de citoyen responsable se serait, d’après cette droite, progressivement transformé en celui d’acheteur compulsif sept jours sur sept.


Dépasser nos émotions et regarder plus loin.
par Daniel Le Bigot

L’agroalimentaire en Bretagne c’est près de 70000 emplois directs. On considère que la conjoncture rend précaire la situation de 5000 à 6000 d’entre eux. C’est beaucoup certes mais de là à dire que l’agroalimentaire est à la Bretagne ce que les mines ont été à la Lorraine, il y a un pas. La sidérurgie représentait près de 100000 emplois en 1968, elle mobilise à ce jour moins de 6000 travailleurs.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 610



Dernières vidéos des élu(e)s KEG

La Lettre
PDF - 965.7 ko
Kemper l’Écologie à Gauche, 5 ans de mandat, un bilan

Sur le Web - Les Blogs


Suivre la vie du site  RSS 2.0  | Plan du site  | Espace privé  |  SPIP  | squelette  |  APRIL   candidats.fr   Contrat Creative Commons